Arts, Littérature

Exposition de collages de Wisława SZYMBORSKA

Galerie Katarzyna Napiórkowska à Bruxelles | Maison des Arts de l’ULB
30/11/18 - 11/12/18


Pendant de nombreuses années, l'écrivaine Wisława SZYMBORSKA a créé des collages au format carte postale qu’elle envoyait à ses amis pour différentes occasions. L’exposition montrée à Bruxelles présente une sélection de 25 collages qui reflètent l’imagination de la poétesse et constituent une occasion rare de présenter la lauréate du Prix Nobel de littérature 1996 sous un angle peu connu. À l’image de sa poésie, ses collages se caractérisent par une maîtrise de l’art de la pointe et un sens de l’humour surréaliste.
L’exposition de collages de Wisława SZYMBORSKA a été présentée pour la première fois en 2013 à l’occasion du premier anniversaire de la mort de la poétesse. Depuis, l’exposition a voyagé en Pologne et à l’étranger, notamment en Allemagne, en Italie, en Espagne, en Hongrie, en Bulgarie, en Chine et au Kazakhstan.

Dans le cadre de l’exposition, la conférence intitulée "Les collages quasi-littéraires. Wisława Szymborska et Michał Rusinek" sera organisée le jeudi 29 novembre à l’Université Libre de Bruxelles (ULB) avec la participation de l’auteur, le critique et traducteur littéraire Michał RUSINEK, ancien secrétaire de Wisława Szymborska, et de Dorota WALCZAK-DELANOIS, professeur à l'ULB.

INFORMATIONS PRATIQUES

        EXPOSITION        
>>> Galerie Katarzyna Napiórkowska (Monts des Arts 8, 1000 Bruxelles) – voir la carte 
>>>  vendredi 30 novembre > mardi 11 décembre 2018 - 12h > 18h (mar > sam)
>>>  Vernissage: vendredi 30 novembre 2018 – 19h 
>>> entrée libre 
Exposition organisée sous le Haut-patronage de SEM Artur Orzechowski Ambassadeur de la République de Pologne auprès du Royaume de Belgique

        CONFÉRENCE        
>>> Maison des Arts de l’ULB (Avenue Jeanne 56, 1050 Bruxelles) – voir la carte 
>>>  jeudi 29 novembre 2018 – 19h 
>>> entrée libre 
Conférence donnée en polonais et traduite consécutivement en français



WISŁAWA SZYMBORSKA a traversé la seconde moitié du XXe siècle sans faire beaucoup de bruit avant d’attirer l’attention des médias internationaux, et d’un plus vaste public, lorsqu’elle reçut, en 1996, le prix Nobel de Littérature.
Tout au long d’une carrière de plus de cinquante ans jalonnée de quatorze recueils de poésie publiés en Pologne (entre 1952 et 2009), Szymborska a donné l’exemple d’une démarche créatrice parfaitement indépendante et cependant toujours au cœur des préoccupations de ses contemporains, sans que cette fidélité à soi n’exclue ni le mouvement ni l’évolution. Le recueil généralement considéré comme son chef-d’œuvre, Wszelki wypadek (Le Cas où, 1972), entraîna pour Szymborska la consécration littéraire dans son pays. Chacun des recueils suivants, révélant eux aussi son goût du juste milieu, son horreur de l’excès, sa méfiance vis-à-vis des grandes ambitions artistiques, rencontra le même écho.
Traduite en de nombreuses langues, sa poésie a facilement franchi les frontières de son pays grâce à sa langue limpide et à l’universalité des problématiques qu’elle aborda. 

Wisława SZYMBORSKA 
vit le jour en 1923 à Bnin (aujourd'hui dans l'entité de Kórnik), près de Poznań, en Pologne. En 1931, sa famille déménagea à Cracovie, capitale intellectuelle de la Pologne, à laquelle elle resta fidèle toute sa vie durant, faisant de l’université (où elle fit des études de lettres et de sociologie), des cafés et des librairies dont la ville regorge son décor privilégié. Szymborska appartenait à cette génération sacrifiée dont la fin de l’adolescence se déroula dans les ténèbres hitlériennes et les débuts de la vie adulte sous la botte du grand frère soviétique. Elle dit avoir gardé de ces années une double imprégnation, sensible et intellectuelle : c’est donc fortement marquée par la tragédie de la Seconde Guerre mondiale qu’elle publia ses premiers poèmes, dès 1945, dans les journaux et revues pour lesquelles elle avait commencé à travailler. Longtemps rédactrice pour la revue hebdomadaire "Życie Literackie" (où débuta notamment Zbigniew HERBERT), Szymborska fut également traductrice. Elle a contribué à faire connaître et apprécier dans son pays la poésie française baroque, notamment Les Tragiques d’Agrippa d’Aubigné.
Szymborska décéda à Cracovie le 1er février 2012.


Liens

FrançaisFrançais NederlandsNederlands EnglishEnglish
 
Newsletter
bruxelles@instytutpolski.org
Isuu